Blog home/Fires/Deux décennies de pertes liées aux incendies : étude avec un niveau de détails sans précédent
Search the GFW Blog
Tree cover loss due to fires visualized on the GFW map, 2001-2021

Tree cover loss due to fires visualized on the GFW map, 2001-2021

Subscribe to the
GFW newsletter

Deux décennies de pertes liées aux incendies : étude avec un niveau de détails sans précédent

Subscribe to the
GFW newsletter

De nouvelles données de l’Université du Maryland (UMD), désormais disponibles sur Global Forest Watch (GFW), fournissent une vue plus détaillée de la façon dont les incendies entraînent la perte du couvert arboré dans le monde. Les nouvelles données de perte du couvert arboré due aux incendies, donnent une vue haute résolution optimale des tendances en matière de perte induite par le feu, au cours des deux dernières décennies. Découvrez les nouveaux éléments révélés par les données, comment nous pouvons les utiliser et en quoi diffèrent-elles des données existantes relatives aux incendies, sur GFW.

Nouvelles indications sur les tendances en matière de perte du couvert arboré due aux incendies

Les nouvelles données de perte du couvert arboré due aux incendies se basent sur les données annuelles existantes de l’UMD, en apportant des perspectives supplémentaires sur les zones où ces feux entraînent des pertes. Chaque pixel de 30 mètres dans les données annuelles de perte du couvert arboré est analysé à l’aide des images satellites Landsat pour déterminer si la perte était probablement due à des incendies entraînant le renouvellement de peuplements (tuant entièrement ou partiellement les arbres vivants). Ces données permettent de distinguer la perte liée aux incendies de tous les autres facteurs de perte du couvert arboré, tels que l’agriculture et la foresterie. À l’aide de ces données, des modèles détaillés de perte du couvert arboré due aux incendies peuvent être évalués au cours d’une période de 21 ans, à l’aide d’une définition globale et cohérente de la perte liée aux incendies, et ce pour la première fois. 

Pour ces données, la perte due aux incendies est définie comme des feux d’origine naturelle ou humaine entraînant une perte directe de la couverture végétale des arbres. Cela pourrait inclure les feux de forêts et les feux déclenchés intentionnellement (incluent les feux allumés par des humains à des fins d’agriculture, de chasse, de loisirs ou criminelles) qui se sont propagés. Cependant, les cas dans lesquels les arbres sont tombés et ont ensuite été brûlés ne sont pas inclus étant donné que le facteur initial de la perte est une exclusion mécanique. Les feux de forêts de faible intensité et de sous-bois qui ne se traduisent pas par une perte substantielle de la couverture végétale à l’échelle d’un pixel de 30 mètres sont également exclus de cette définition. 

À l’avenir, ces données seront mises à jour annuellement et nous permettront de mieux comprendre les tendances mondiales, régionales et locales dans la perte du couvert arboré, à mesure qu’elles évoluent au fil du temps.  

Perte du couvert arboré due au feu, 2001-2021

Tree cover loss due to fires 2001-2021

Comment pouvons-nous utiliser les nouvelles données de perte du couvert arboré due aux incendies ?

Identifier les zones avec la perte du couvert arboré la plus importante due aux incendies

Ces données permettent aux utilisateurs de visualiser et d’analyser la répartition spatiale de la perte due aux incendies dans le temps sur Global Forest Watch. Par exemple, le tableau de bord mondial permet aux utilisateurs d’identifier les pays avec la plus grande perte du couvert arboré due aux incendies, l’année précédente.  

En examinant la liste, on s’aperçoit que la Russie, le Canada et les États-Unis affichent clairement la plus grande perte du couvert arboré due aux incendies en 2021. Après analyse des données téléchargées, nous pouvons voir que ces trois pays, ensemble, ont perdu 7,8 milliards d’hectares ou 84 % de l’ensemble des pertes liées aux incendies en 2021. 

Nous pouvons ensuite voir comment l’activité s’est modifiée au fil du temps pour ces zones. Par exemple, en 2021, la Russie a connu la plus grande zone de perte du couvert arboré, jamais vue pendant 21 ans, 82 % des pertes étaient dues aux incendies. 

La carte GFW permet également aux utilisateurs de visualiser quand et où ces incendies se sont produits et sélectionner des années spécifiques pour approfondir les données. Par exemple, en examinant la carte, il apparait clairement que la plupart des feux en Russie en 2021 ont eu lieu dans la zone centrale et Ouest du pays.  

Distinguer les tendances en matière de perte du couvert arboré liée aux incendies des autres facteurs

Dans certains cas, cet ensemble de données peut également fournir des informations sur les tendances en matière de perte de forêts, non liées aux incendies. Étant donné que cette perte liée aux feux a tendance à varier considérablement d’une année à l’autre en fonction du climat et d’autres conditions, elle masque la tendance à long terme de la perte du couvert arboré, par rapport aux autres facteurs. 

Par exemple, les données annuelles de perte du couvert arboré sur la perte de forêt primaire au Brésil, indiquent une hausse soudaine en 2016 et 2017, non relevée par le système officiel de suivi de la déforestation, pour l’Amazonie brésilienne, PRODES. À l’aide de ces données, nous pouvons voir que cette hausse est essentiellement due à la perte du couvert arboré due aux incendies, généralement non relevée par le système PRODES. Identifier les endroits où le feu favorise la perte de forêts et où on ne peut pas apporter plus de nuances, lors de l’interprétation des données et fournir des comparaisons plus directes avec d’autres sources de données.  

Quelles sont les limites pour l’utilisation de ces données ?

Dans un précédent blog, nous décrivons les modifications apportées aux données de perte du couvert arboré, au cours des 21 dernières années et recommandons de comparer avec prudence les tendances avant et après 2015. Ces nouvelles données sur les incendies se basent sur l’ensemble de données relatives à la perte du couvert arboré, la même prudence s’applique donc. Alors que les modifications apportées aux données relatives à la perte du couvert arboré ont permis de mieux détecter la perte de forêts au cours des récentes années, avec une meilleure détection des feux dans les forêts boréales et d’autres régions, elles ont également introduit des incohérences dans le temps.  

Malgré ces incohérences, les nouvelles données présentent une précision spatiale et temporelle optimale, globalement. Globalement, pour 90 % des zones classées comme ayant subi une perte de couvert arboré due aux incendies, le classement était correct ; pour les 10 % restants, il s’agissait de faux positifs. 

La précision spatiale variait par région, mais restait relativement élevée pour la plupart des régions. L’Europe et l’Amérique du Nord présentaient les niveaux les plus élevés de précision avec des taux de faux positifs de respectivement 7 % et 4 %. L’Afrique présentait la plus faible précision et le plus grand nombre de faux positifs, avec un mauvais classement de 39 % de la zone marquée comme perte ducouvert arboré due aux incendies. Le taux élevé de faux positifs en Afrique est probablement dû au fait que les feux de forêts y sont relativement rares. 

RégionTaux de faux positifs
Amérique du Nord4%
Europe7%
Amérique latine26%
Asie du Sud-Est27%
Afrique39%
Monde10%

Il y a également des cas présentant des retards dans la détection de perte du couvert arboré due aux incendies, où la perte se produit en fin d’année, mais où il n’existe pas d’images satellite suffisamment claires permettant de les détecter avant l’année suivante. Il est essentiel de noter ce point, car parfois, les hausses relevées dans la perte due aux incendies, peuvent refléter les tendances de l’année précédente. Globalement, 96 % de l’ensemble des phénomènes de perte due aux incendies se sont produits dans l’année indiquée sur la carte. 

Quelles sont les autres données relatives aux incendies figurant sur GFW et en quoi diffèrent-elles des nouvelles données ?

Les données relatives aux incendies disponibles sur GFW peuvent être classées en deux catégories : données liées à l’activité des incendies et données contextuelles. Les données liées à l’activité des incendies permettent aux utilisateurs de visualiser les incendies en cours et d’analyser leur ampleur dans les centres d’intérêt, par exemple un pays ou un polygone défini par l’utilisateur. Les données contextuelles peuvent être utilisées pour compléter les données sur les activités des incendies et permettre aux utilisateurs de comprendre les zones à risque d’incendies et les répercussions sur la qualité de l’air.  

Comparaison des données GFW sur les incendies

Activités des incendies

Ensemble de données

Résolution

Source de données

Fréquence de mise à jour

Plage de dates

Meilleur usage

Perte du couvert arboré due aux incendies

30m

UMD/GLAD

Annuel

2001-2021

Calcul de l’étendue des feux de forêts entraînant le renouvellement des peuplements

Zones brûlées MODIS*

500m

NASA

Mensuel (délai de deux mois)

2000-actuellement

Calcul de l’étendue de la zone brûlée pour toutes les couvertures terrestres

Alertes incendies VIIRS

375m

NASA

Deux fois par jour

2012-actuellement

Détection des emplacements des lieux en temps quasi-réel (jour/nuit)

Alertes incendies MODIS*

500m

NASA

Deux fois par jour

2000-actuellement

Détection des emplacements des lieux en temps quasi-réel (jour)

Données contextuelles

Indice météo incendie mondial

10km

NASA

GFWED

Quotidiennement

Actuellement

Risque actuel d’incendie

Indice de la qualité de l’air mondiale

n/a

Indice de la qualité de l’air dans le monde

Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA)

Toutes les 15 minutes

Actuellement

Impacts liés aux incendies sur la pollution de l’air

*Le satellite Terra portant le capteur MODIS sera déclassé l’année prochaine, ainsi que ses produits associés, notamment les alertes en temps quasi-réel MODIS et l’ensemble des données des zones brûlées. VIIRS sera toujours la source principale d’alertes incendie en temps quasi-réel.

Données sur l’activité des incendies

Données de perte du couvert arboré due aux incendies

Les données de perte du couvert arboré due aux incendies diffèrent des autres données sur l’activité des incendies sur la plateforme GFW, mettant l’accent uniquement sur les feux de forêts entraînant le renouvellement des peuplements, alors que d’autres ensembles de données sur les incendies ne font pas de distinction entre les feux entraînant le renouvellement des peuplements et les autres feux. Ce point est important, car les forêts agissent comme des puits de carbone et contiennent la majeure partie du carbone terrestre de la planète, lequel se dégage en cas de combustion. 

Les données de perte du couvert arboré due aux incendies permettent également d’effectuer un suivi des feux, à plus petite échelle que les autres données sur l’activité des incendies, elles sont également moins fréquemment mises à jour, ce qui les rend moins utiles pour le suivi des incendies en cours ou d’une activité très récente. 

Autres données d’activité d’incendies

  • Alertes en temps quasi-réel (MODIS et VIIRS) : les alertes de feux actifs MODIS* et VIIRS donnent aux utilisateurs des données en temps quasi-réel, mises à jour quotidiennement et elles peuvent être utilisées pour effectuer un suivi des incendies et apporter une solution aux feux en cours. Les alertes peuvent détecter des feux de différentes intensités, en fonction de la température du feu, de l’heure de la journée et de la présence de couverture nuageuse ou de brouillard épais. 
  • Ampleur des incendies dans le temps (zones brûlées MODIS) : Bien qu’elles soient mises à jour moins fréquemment que les alertes en temps quasi-réel (chaque mois au lieu de chaque jour), les données* sur les zones brûlées MODIS sont mieux adaptées pour l’évaluation des tendances en matière d’ampleur des feux dans le temps que les alertes d’incendies, car elles identifient la zone de terre qui a brûlé.

Les utilisateurs peuvent analyser les données d’activité des incendies sur la carte GWF et le tableau de bord et filtrer les données pour afficher uniquement les feux qui surviennent dans des forêts primaires ou autres zones d’importance de conservation. En créant un compte myGFW, les utilisateurs peuvent également créer et analyser des centres d’intérêt personnalisés. Les utilisateurs peuvent ainsi rester informés de l’activité des incendies dans leurs zones personnalisées, en s’abonnant aux notifications via leur compte myGFW. 

Données contextuelles

  • Risque d’incendie (indice météo incendie mondial) : L’indice météo incendie mondial permet d’identifier les zones où les conditions climatiques rendent les paysages plus vulnérables aux feux, permettant aux utilisateurs de comprendre le risque actuel de combustion. 
  • Impacts sur la santé (indice de qualité de l’air mondiale) : L’indice de qualité de l’air mondiale mesure la qualité de l’air actuelle de matière particulaire, fortement impactée par la fumée et la brume des incendies. Avec plus de 15 000 stations dans le monde, il permet aux utilisateurs de mesurer les risques d’impact sur la santé, liés à la pollution de l’air.  

Les nouvelles données de perte du couvert arboré due aux incendies constituent un complément très précieux à la suite des données liées aux incendies existantes sur GFW et permettront à tous les utilisateurs de mieux suivre l’impact des incendies sur les forêts dans le monde, pour développer des méthodes de gestion plus efficaces. 


Pour explorer les données relatives aux incendies sur GFW, consultez la carte et le tableau de bord.

Latest articles

Tree cover loss due to fires visualized on the GFW map, 2001-2021

Two Decades of Fire-Driven Loss in Unprecedented Detail

New tree cover loss from fires data offers a higher-resolution look than ever before at trends in fire-driven loss over the last 21 years.

forest_fire_CIFOR

Forest Loss Remained Stubbornly High in 2021

2021 tree cover loss data reveals that the tropics lost 11.1 million hectares of tree cover in 2021 — including 3.75 million hectares within tropical primary rainforests, equivalent to a rate of 10 football pitches a minute.

Amazon – Brazil, 2011.©Neil Palmer/CIAT

Global Forest Watch’s 2021 Data Update Explained

What does the data measure, what is different this year and how does it compare to other data sets? GFW’s 2021 data update explained.

fetching comments...